Y'a des jours comme ça...

Publié le par Libérons Ségolène

Alors que les français s'apprêtent à voir Sarkozy prendre les clés de l'Elysée, que Libé annonce la confirmation que Bernard Kouchner a accepté le poste de ministre des affaires étrangères et Védrine une mission sur la Méditerannée, je tombe sur cet article du même Libération...


Les radicaux de gauche tournent à droite
Le PRG, déçu par le PS, et les valoisiens pourraient se ressouder. Ce qui arrangerait Sarkozy.
Par Gilbert LAVAL

Allié aux socialistes, le président du Parti radical de gauche (PRG), Jean-Michel Baylet, a souhaité hier un rapprochement avec le Parti radical, qui, lui, soutient Nicolas Sarkozy. (on savait qu'avec lui tout serait possible mais là...) Une sortie qui intervient au moment où le président élu tente de bâtir une majorité élargie au centre et à gauche. Et d'inventer un centre bien à lui, pour contrer François Bayrou. A l'issue d'un entretien de trois quarts d'heure avec Nicolas Sarkozy, Jean-Michel Baylet a souhaité hier la création d'un grand Parti radical. Depuis la signature du programme commun en 1972, les radicaux sont divisés en deux partis : à droite le Parti radical dit «valoisien» associé à l'UMP, et le Parti radical de gauche allié aux socialistes.
«Il est des radicaux de gauche qui sont la droite de la gauche, il est des radicaux de droite qui sont la gauche de la droite, je pense que nous avons des choses à faire ensemble», a-t-il déclaré. «Je constate qu'après cette élection, les choses ne seront plus les mêmes, les frontières sont en train de bouger», a déclaré le président du PRG, mandaté par le bureau national pour explorer tout rapprochement avec les valoisiens.
A droite, le président du Parti radical, Jean-Louis Borloo, s'est aussitôt réjoui «d'un possible rassemblement historique entre les deux courants du radicalisme», qu'il a «toujours appelé de ses voeux». Les socialistes s'inquiètent.(ils peuvent) «On va rediscuter avec Baylet pour qu'il précise son intention. On le fera vite parce qu'il y a urgence» (oui, vendredi ce sera trop tard...tic tac tic tac), a averti Stéphane Le Foll, directeur de cabinet du premier secrétaire François Hollande. Les deux partis sont en effet liés par un accord réservant 32 circonscriptions législatives aux radicaux de gauche, ceux-ci s'engageant à soutenir partout ailleurs les socialistes.
La visite de Baylet dans les bureaux de Nicolas Sarkozy n'a pas surpris grand monde au PRG.
En tout cas pas les radicaux de gauche qui prennent soin, depuis une semaine, d'informer Bernard Tapie de l'état de leur parti. Ancienne figure radicale de gauche, l'homme d'affaires s'est depuis rallié à Nicolas Sarkozy. Bernard Tapie rapporte ces états d'âme du PRG à son ami Borloo, dont les fidèles décrochent à leur tour leur téléphone pour inviter à déjeuner les élus PRG... «Les radicaux de gauche sont ulcérés par la façon dont les traite aujourd'hui le PS» (déjà qu'entre eux ils se traitent de tous les noms...), dit l'un d'eux. «Il n'est pas sûr que nous ne soyons pas aussi mal traités par la droite que nous le sommes aujourd'hui par la gauche, souffle un ancien dirigeant du parti. Mais nous n'avons pas grand-chose à perdre.»

Publié dans Tiens - tiens...

Commenter cet article

Brisefer 17/05/2007 12:29

Les PRG sont -ils vraiment de gauche ? Quand certains d eleurs élus tienennt le TCE pour allant dans le bon sens... Baylet s'est exprimé sans consultation et cela agace nombre d'élus PRG. Quelle démocratie interne, ça fait peur ! à mon avis un links partei à la Française n'a RIEN à faire avec le PRG. Qu'ils se classent à droite ! au moins comme ça ce sera clair !

Lapin Malin 17/05/2007 11:24

Eh ben y'en a des gens qui veulent fonder un grand parti !
Apres l'UMP qui il a 5 ans à voulu fonder un grand parti de droite et qui à réussi, après le mouvement démocrate qui souhaite devenir un grand parti du centre le PS qui embitionne de devenir un grand parti de gauche, les extremes gauche qu briguent un grand mouvement anti-libéral. Voila t'y pas que le PRG voudrait se raprocher des Valoisiens pour générer une grande force radicale.

La France vas bientôt devenir le pays des grands partis qui pêtent plus haut que leurs culs.

pinceaux 16/05/2007 13:48

La stratégie du nain est en marche...
affaiblissement bientôt rendu à son maximum des forces d'oppositions,
mélange des genres, ralliement au nom de l'ouverture...
très malin et je vois pas comment on va arrêter ça.
On attend plus que le combat des chefs après les législatives, enfin s'ils arrivent à attendre jusque là!...
Il va falloir du temps pour que la gauche renaisse de ses cendres....
et opérer une transmutation colossale.
Je commence à craindre le pire pour les législatives...
Bon allez je suis peut être dans un mauvais jour...