Petits conseils...

Publié le par LIBERONS SEGOLENE

Le gouvernement Sark...euh, Fillon est en place depuis vendredi matin. Les ministres ont pris leur poste, Borloo accompagné de son chaperon, le président lui même, a visité Airbus, enfin a surtout suivi Nicolas qui visitait Airbus... Lundi Alain Juppé, accompagné de son chaperon, le président lui même encore, reçoit ONG et experts de l'environnement. Rachida Dati, toute seule (tiens ?), visite une prison et un tribunal... Bref tout le monde est au boulot (enfin surtout Nicolas, qui du coup est parti rejoindre Cécilia au Fort de Brégançon... pas la peine de vous énerver, il n'y aura pas de photos comprommettantes de not'nouveau président en petite tenue,  les créneaux du fort sont trop hauts...). 
Dans trois semaines, les français voteront au premier tour des legislatives, même si tout n'est pas écrit d'avance, l'Assemblée devrait être assez voire très bleue... Commencera alors le long travail parlementaire dans l'opposition qui risque d'être rapidement mis en place et au rythme soutenu.
François Mitterrand qui nous disait dans ses derniers voeux le 31 décembre 1994 "Je crois aux forces de l'esprit, je ne vous quitte pas..." est parmi nous depuis plusieurs mois, par l'intermédiaire d'un blog excellent (mais comment en pourrait-il être autrement de la part du Président), dont je vous livre un extrait de l'un de ces derniers messages d'outre tombe. Quelques conseils aux futurs députés face au rouleau compresseur d'un pouvoir de droite omniprésent...


(...)le gouvernement Fillon est une bénédiction. J’y discerne de grandes faiblesses. Les postes clés y sont occupés par des amateurs qui plaisent à TF1 mais qui seront sources de bien des difficultés pour le nouveau Premier ministre.

  Commençons par Kouchner. C’est un homme qui a beaucoup de qualités, (personnellement j’ai toujours été bluffé par sa capacité à se tirer les larmes sur des plateaux de télévision, quasiment sur commande), mais il ne possède aucune de celles qui font les grands ministres des Affaires étrangères. Les socialistes devront impérativement lui mener une vie d’enfer, notamment lors des séances de questions d’actualité. Il faut qu’à chacune de ces interpellations soient prononcés les mots de « trahison », « traîtrise », « félonie », « parjure », « désertion », « déloyauté »… Il doit devenir la cible permanente du PS. Cette entreprise doit être menée systématiquement, constamment et inlassablement, à l’Assemblée comme ailleurs. Que les jeunes parlementaires socialistes, si ils sont élus ou réélus plantent chaque jour leurs crocs dans ses jarrets. Vous verrez le résultat, Kouchner y perdra ses nerfs, et comme il comprendra vite qu’il s’est fait rouler par le nouvel élu, qu’il est juste bon à passer à la télévision et que pour le reste, il n’est qu’un paillasson, il quittera le gouvernement sur un esclandre qui causera grand tort à ceux qui l’ont débauché. Cette affaire là peut être menée en six mois maximum. Ce sera le premier fiasco du tandem au pouvoir.

 Autre cible de choix, Rachida Dati. Je l’ai bien observée durant la campagne, elle n’a pas de nerfs. C’est une impulsive emportée, fébrile ; elle est comme son maître, elle se veut omnipotente et se croit habitée par un destin hors norme alors que c‘est une pauvre excitée qui souffre d’un grand manque d’estime de soi. Elle n’est dotée d’aucune des qualités qui font les grands Gardes des sceaux. A elle aussi, même traitement que Kouchner, à l’Assemblée comme ailleurs. Il est évident qu’elle interviendra maladroitement et brutalement dans les affaires sensibles et il suffira d’en tirer profit. Il conviendra que les campagnes de déstabilisation menées contre elles soient des plus acharnées, si le PS y consent, bien entendu.

  Boorlo présente aussi nombre de faiblesses à exploiter . Il faut sans plus attendre entamer une campagne sur le maintien de son épouse au journal de 20 heures d’Antenne 2. Elle doit y officier de nouveau durant la campagne des législatives, il faut dénoncer sans attendre cette "collusion". Si on l’a retirée pour l’élection présidentielle, élection qui ne concernait pas son époux, pourquoi revient-elle dans une période où celui-ci entre au gouvernement et est candidat à des élections législatives? D’une pierre deux coups, puisque cette affaire aurait aussi le mérite de rappeler aux Français l’inféodation des puissances médiatiques au nouvel élu.

  Ce gouvernement comporte encore bien des faiblesses : Hortefeux, un faible ; Pécresse, une bourgeoise désincarnée ; Bachelot, une fausse gentille incompétente ; Boutin, une illuminée ; Alliot-Marie, une psychorigide sans âme … Je pourrais ainsi définir une stratégie de combat à l’encontre de chacun de ces zozos, mais la place manque aujourd’hui.

  Quant au Premier ministre, il conviendra de l’ignorer complètement pour mieux souligner en toute occasion son inexistence politique et se consacrer à la seule cible qui compte, l’invraisemblable président que les Français ont élu par accident.

   Je m’en veux presque d’avoir à donner ces conseils de simple bon sens politique aux socialistes, c’est vous dire mon inquiétude, mais les choses étant ce qu’elles sont à ce jour, il faut bien apprendre à réapprendre ce que doit être une opposition digne de ce nom (et de ses électeurs) qui entend devenir majorité avant 2017.

Source : François Mitterrand 2007

Publié dans Tiens - tiens...

Commenter cet article

Lapin Malin 20/05/2007 19:55

Remarqu elle m'en voudrait que cela ne me ferait ni chaud ni froid. Tu crois que c'était bien de faire de la pub pour une marque ? Cela dit ministère de la rénovation urbaine à coup de nettoyeur à haute pression c'était moins classe. La bonne phrase aurait été ministre de la rénovation urbaine à coup de Kouchner. Et lui aussi si il m'en veut je m'en moque.

Isabelle 20/05/2007 18:19

Elle ne t'en voudra pas Lapin, elle a un grand sens de l'humour (cf son ministère de la rénovation urbaine au Karcher...)

Lapin Malin 20/05/2007 17:40

Rachida Dati garde des sots !!!!!!!!!!!!
Oui je sais c'est facile, mais je n'ai pas pu m'en empécher.