Ségolène Royal plaide pour une opposition constructive

Publié le par LIBERONS SEGOLENE

anti_bug_fckCOMME si la défaite présidentielle n'avait pas eu de prise sur sa popularité, les quatorze candidats socialistes aux législatives dans le département du Rhône se sont bousculés hier à Lyon pour s'afficher à côté de l'ex-candidate venue les soutenir le temps d'une matinée. Leurs concurrents aussi, comme sur le marché de Montplaisir, dans le VIIIe arrondissement, première étape de la visite. Ségolène Royal y accompagnait sa porte-parole, Najat Belkacem, candidate dans la circonscription voisine, toute acquise à la droite et que brigue l'UMP Dominique Perben.

Le collègue de ce dernier, Jean-Michel Dubernard, candidat à la réélection face au PS Jean-Louis Touraine, s'est même payé le luxe d'un accueil républicain, serrant la main de la présidente de Poitou-Charentes d'un « Bienvenue dans ma circonscription ». Détendue, presque mutine, Ségolène Royal a un instant joué la marchande des quatre-saisons pour servir les chalands. Un moment plus tard, à Vaulx-en-Velin, avec le président du conseil régional Jean-Jack Queyranne, candidat dans la septième circonscription, le contact avec les habitants a été, tout en étant aussi rapide, direct et plus chaleureux : les caméras y étaient plus rares. À la Duchère, sur les terres populaires que brigue Pierre-Alain Muet, conseiller économique de Royal pendant la campagne et adjoint du maire de Lyon, le succès populaire a été à la mesure du score obtenu dans ce secteur de Lyon le 6 mai dernier : 57 % des suffrages.

Grimpant quelques marches pour improviser un discours, elle a appelé à « poursuivre et transformer le score de la présidentielle ». « Je vous confie cette mission », a-t-elle lancé à la centaine d'habitants qui lui ont répondu avec ferveur sous forme de « youyou ».

Continuité du « pacte présidentiel »

« C'est dans les défaites que l'on prépare les victoires futures, tu as engrangé de la sympathie, de l'amitié, de la ferveur, tout cela est porteur pour l'avenir », lui a répondu le sénateur maire PS de Lyon Gérard Collomb qui l'accompagnait tout au cours de cette visite. Devant l'ensemble des candidats réunis sur une péniche amarrée sur les berges du Rhône récemment aménagées - le fil rouge de ce déplacement collait aux réalisations municipales de Gérard Collomb - Ségolène Royal a pris comme base le succès de son meeting présidentiel à Lyon pour demander aux militants de « s'appuyer sur les forces qui se sont levées » pour obtenir aux législatives « un groupe parlementaire d'opposition le plus fort possible, créatif, offensif, imaginatif, en capacité de proposition dans la continuité de mon pacte présidentiel ».

« Un groupe parlementaire fort, c'est une gauche forte qui se renouvelle, qui est créative, qui réfléchit aux dogmes dont elle a parfois été prisonnière et qui continue le mouvement de rénovation engagé lors de la campagne présidentielle », a-t-elle ajouté.

Ségolène Royal devait poursuivre son déplacement en Ardèche à Privas, où elle avait tenu sa première réunion présidentielle, puis à Digne, pour soutenir son ancien directeur de campagne Jean-Louis Bianco.

Source : FRÉDÉRIC POIGNARD  pour Le Figaro

Publié dans Actualités

Commenter cet article